top of page

Poisson - L'imaginatif

Dernière mise à jour : 5 avr.

Zodiac Tales

Épisode 3.

 

Nouveau mois, nouvel épisode "Zodiac Tales" ! Nous découvrons aujourd'hui l'univers intuitif des "Poissons" !

Carré de soie Roseline d'Oreye

Afin de donner une dimension plus profonde à notre nouvelle collection de bandanas de soie basée sur le thème des douze signes astrologiques, nous accueillons, chaque mois, un nouvel ambassadeur du signe en cours. Nous choisissons des personnalités inspirantes et variées que nous invitons à nous rejoindre pour partager leur parcours, leur expérience, ainsi que le lien qu'elles développent à leur propre signe astrologique.


Des rencontres touchantes et authentiques qui promettent chaque fois un moment magique.


Notre troisième invité de cette série est Christophe Cormanne. Actuellement Directeur Mode et Couture chez Dior Belgique,

il nous raconte, son évolution dans le monde du luxe, sa résilience, sa détermination et la créativité, propre aux Poissons, qu'il développe chaque jour pour se réinventer !


Ci-dessous l'interview retranscrite. Enjoy !





 

Bienvenue Christophe. Nous sommes ravis de t'avoir ici avec nous à la boutique, dans le cadre de cette campagne d'ambassadeurs pour nos bandanas astrologie. En l'occurrence toi, pour le "Poisson" dont tu portes le bandana.


Pour commencer, est ce que tu pourrais nous en dire un peu plus sur toi et sur ce que tu fais dans la vie ?




Je suis un retailer.

Donc je suis en charge de points de ventes commerciaux.

J'ai commencé ma carrière chez Chanel il y a plus de vingt ans. Ensuite, j'ai eu l'opportunité de grandir chez Zara pendant un an. J'ai pris la direction d'Armani pendant six ans. Ensuite, j'ai évolué chez Pierre Marcolini pendant deux ans. J'ai créé un nouveau département retail sur le Benelux pour Longchamp pendant trois ans et depuis cinq ans, j'ai la direction de Dior pour la Mode et pour la Couture en Belgique.


J'aime beaucoup accompagner des entreprises pour du coaching et j'ai la chance d'être lecturer conférencier à l'IHECS pour le certificat de Marketing et Communication de Luxe depuis 2015. Donc, j'ai beaucoup de rencontres, beaucoup d'échanges et de partages de passions.




Comme on dit en anglais "booked and busy"... (rires)

Comment décrirais-tu ta personnalité en trois mots ?




Forcément je suis entrepreneur.

C'est la clé même de mon activité professionnelle.

Je suis quelqu'un de très créatif, donc je n'ai pas peur de me différencier de la concurrence par une approche complètement différente et audacieuse.


Je suis quelqu'un de très émotif. Donc le signe, je crois, le révèle fort. Je suis très sensible au contact humain, au partage et à l'expérience, et je suis passionné je pense.. (rires)




Pour en revenir à l'astrologie, finalement, qu'est ce que c'est l'astrologie pour toi ?




L'astrologie, pour moi, ce n'est pas un moyen de savoir ce qui va m'arriver.

C'est plus un outil qui va me permettre de comprendre quelles sont les routes qui se présentent à moi, pour me réaliser et m'accomplir dans la vie.


Donc, c'est un peu un moyen d'anticiper le futur en me donnant différentes options -

et à moi de choisir l'option qui convient le mieux,

en étant préparé finalement à la réaliser.




Est-ce que tu connais beaucoup sur ton signe ?




Alors j'ai eu la chance de rencontrer Patricia Millis dans le cadre d'un atelier qu'on a fait pour la Maison Dior. C'était en mars dernier. Dans la collection qu'on présentait, il y avait un hommage qui était rendu à Catherine de Médicis, qui était elle même très superstitieuse. Et Christian Dior lui même était aussi très superstitieux. Donc l'astrologie a toujours été présente dans la créativité de la Maison Dior et je trouvais intéressant

d'en faire un atelier avec mes clientes.


Donc, j'ai invité Patricia Millis au salon privé de la Maison Dior pour recevoir individuellement nos clientes qui le souhaitaient pour faire un atelier. Et j'ai eu la chance qu'une cliente ait annulé. Donc j'ai pu faire moi-même l'atelier et j'étais extrêmement troublé par la lecture de Patricia sur les derniers mois que je venais de vivre, et sur ma personnalité qu'elle avait très vite cernée.


J'ai construit avec elle un lien d'une très grande confiance, parce que nous nous sommes déjà vus trois fois sur cette année et je trouve l'exercice assez passionnant.




Est-ce que c'était peut être quelque chose qui, avant cette lecture initiale, était plus abstrait pour toi ou est-ce que c'était quelque chose qui était peut être moins important ?




J'étais très rationnel, donc j'étais convaincu de maitriser tout ce qui m'arrivait. Et maintenant, je pense qu'il faut que je sois sensible à tout ce qui m'entoure. Et donc, Patricia me donne vraiment des clés de lecture auxquelles je n'aurais pas pensé, elle me permet de me centrer plus sur moi-même aussi.


J'ai trouvé ça très intéressant et j'ai partagé cette expérience en dehors de Dior avec des amis, et les retours étaient assez unanimes en fait que l'expérience permet d'avoir vraiment une lecture différente de son futur et de l'anticiper de façon assez sereine.




Les Poissons sont connus pour être de grands empathiques.

D'abord, est-ce que tu es d'accord ? (rires)




Complètement !


C'est partager l'émotion de l'autre. C'est une forme de générosité. Évidemment, c'est une forme de sensibilité qui permet de rendre un monde aussi plus juste, je trouve, l'empathie. Et c'est certainement une de mes grandes qualités pour faire le métier que je fais aujourd'hui : c'est totalement nécessaire. Il faut aimer les autres.




Justement, par rapport au métier - ou en tout cas à la position que tu as actuellement chez Dior - est-ce que cette empathie joue un rôle dans la gestion d'une équipe, ou même dans le lien que tu crées et que tu nourris avec la clientèle ?




Tant avec l'équipe, qu'avec les clients, c'est une relation de confiance et donc cette empathie permet de démontrer une sincérité, une authenticité et qu'on est vraiment concerné par rapport à leurs attentes.


Pour une équipe, ce sont les souhaits de développement. Pour les clients, c'est vraiment un accompagnement sur mesure. Donc oui, c'est super important. Si on n'est pas empathique je pense qu'il ne faut pas travailler dans le retail.




Et, à certains moments, sens-tu que tu dois faire attention à ton empathie qui peut être parfois trop grande ?




Oui, parce qu'il faut pouvoir effectivement se protéger et mettre des limites dans certaines formes de relations. Et donc, oui, il faut savoir prendre par moment de la distance.




Comment est-ce qu'on arrive à se renouveler dans ce milieu du luxe ?




Au niveau de la Maison, on a hérité d'un héritage qui est juste extraordinaire. Christian Dior a créé la maison en 1947. Il est décédé en 1957, assez jeune, à 54 ans. Et en dix ans, il nous a donné tous les codes, en fait, sur lesquels on travaille encore aujourd'hui. Donc au niveau créatif, il faut qu'on puisse justement renouveler ces codes et les faire vivre.


Et nous, au niveau retail, il faut que l'on ait ces trois qualités : l'agilité, la créativité et l'audace.


L'audace pour se distinguer de la concurrence et pouvoir proposer des activités et des expériences qui sont différentes. L'agilité pour véritablement être capable de pouvoir s'adapter à un environnement qui change tout le temps et qui est tout le temps en évolution. Et la créativité, pour pouvoir donner de la couleur à son business, pouvoir prendre du plaisir en prenant des paris, tout en laissant un héritage.


C'est un besoin d'absolu quelque part. La créativité pour moi, c'est de me dire que je suis chez Dior depuis cinq ans, mais il restera quelque chose de moi le jour où je serai parti et j'aurai vraiment permis tant à mon équipe de grandir sur des compétences, et à mes clientes de vivre des moments qu'elles n'oublieront jamais et qui feront que le lien restera.




Les Poissons sont également connus pour être des "créatifs-nés".


Est-ce que cette créativité, justement, permet aussi l'éternel renouvellement dont tu fais preuve, notamment chez Dior mais aussi dans tes autres projets ?




Oui, c'est éviter de rentrer dans une forme de routine qui serait un vrai cancer dans mon métier. Parce que si on rentre dans la routine, on n'a plus envie d'être challengé. Et mon hypersensibilité fait que je suis un capteur d'ions. En fait, tout m'intéresse, tout m'apporte une émotion et j'ai toujours envie d'en faire quelque chose.


Et comme la créativité permet de connecter avec beaucoup de choses, c'est de la curiosité inépuisable. C'est ça qui est passionnant, c'est qu'il y a toujours des sujets sur lesquels on a envie de rebondir et d'ouvrir de nouvelles portes.




Est-ce que ces qualités et ces aptitudes que tu mets dans ton travail, tu les intègres aussi dans ta vie personnelle ?




Complètement oui.

C'est de la passion avant tout. C'est de l'envie de connecter, de partager cette émotion.

Je crois que c'est le sens de la vie.




De quoi es-tu le plus fier ?




De mes amitiés, des liens que j'ai construits, des rencontres que j'ai faites et de ce lien qui évolue ici. Je ne suis pas Bruxellois, je viens de très loin de Bruxelles et donc je n'ai pas de famille ici et j'ai vraiment construit une famille de cœur ces vingt dernières années qui m'est extrêmement précieuse. Et, de ça, je suis extrêmement fier.




Est-ce que tu aurais un dernier mot, quelque chose à dire, une anecdote, une citation, une expression ?




Je vais parler de quelque chose qui m'est personnel, mais ces trois derniers mois étaient très durs. J'ai été très malade. J'ai eu une infection aux yeux et puis une septicémie. Donc mon pronostic vital était engagé et j'ai envie de dire qu'aujourd'hui la vie pour moi est très précieuse et qu'il faut se battre parce que la vie est belle et qu'il ne faut pas lâcher. Il faut vraiment avoir cette résilience et croire en la vie parce qu'elle vous fait des surprises incroyables.


Pendant ces trois mois de maladie, je me suis rendu compte que j'avais des amis extraordinaires. Je me suis senti très entouré et j'ai encore plus de curiosité, plus d'envies. Ne lâchez pas : la vie est belle et elle est précieuse.


Il faut vraiment saisir toutes ces opportunités.




Est-ce que tu pourrais nous dire si tu as des projets en ce moment et où les gens peuvent te trouver ?




Oui, sur Instagram, je suis assez actif. Mon nom est Christophe Cormanne donc je suis facile à trouver. Il y a deux profils, un profil Dior et un profil privé.


Et là, comme je l'ai expliqué avec ce que je viens de vivre ces derniers mois, j'avance au jour le jour, et je trouve ça très agréable parce que c'est une autre approche.


Bien sûr, dans l'environnement challengeant de LVMH, il va très vite falloir que je refasse des plans d'actions à long terme, que je sois dans la stratégie. Mais cette période où je suis au jour le jour me permet vraiment de me reconnecter à moi, de passer du temps avec les gens que j'aime et de trouver de l'équilibre en fait.

Ce que je n'avais certainement pas avant.




Merci beaucoup pour la confiance que tu nous partages aussi !




Avec joie.

C'est un privilège pour moi !

C'est un honneur.




De même pour nous, vraiment c'est super chouette.

On peut s'applaudir !

En plus, te recevoir dans cette période plus vulnérable, c'est extrêmement touchant.




Mais je suis en confiance, vous m'êtes bienveillants et je suis très fier de ton travail, donc j'ai très envie de te souvenir.


Je suis fier d'avoir pu participer et j'ai hâte de célébrer mon

anniversaire avec ton foulard : je serai à Marrakech !




Génial !

Les couleurs seront magnifiques, quelle bonne idée d'aller à Marrakech.


 

Christophe porte notre bandana Poisson issu de notre toute nouvelle collection sur l'astrologie inspirée par le zodiac et la mythologie.


Réservez le vôtre ici !


N'attendez plus, le stock est limité.


Trouvez nous



Trouvez Christophe




16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page